PAYS VIGANAIS : Deux candidats briguent la présidence de la communauté de communes

Qui pour succéder à Roland Canayer ? Après douze années à la présidence du Pays viganais, le maire de Molières-Cavaillac, réélu dans sa commune dès le premier tour, a décidé de ne pas se représenter. « Au dernier conseil, certains ont fait savoir qu’ils voulaient du changement, explique-t-il. J’aurai aimé qu’il y ait un consensus, que tout le monde travaille ensemble. Du coup, je préfère me retirer plutôt que d’entrer dans des conflits. » Et quand on lui demande quel candidat il soutient, l’élu est clair : « Quand je dis que je me retire, ce n’est pas pour m’occuper des élections ou soutenir quelqu’un ! »

Aujourd’hui, deux candidats convoitent le fauteuil de président : Régis Bayle, maire d’Arrigas et président du PETR Causses Cévennes, et Martine Volle-Wild, maire d’Avèze et actuellement vice-présidente de l’intercommunalité. Régis Bayle, de son côté, souhaite « donner un nouvel élan » au Pays viganais avec « une refondation complète de la démocratie. » Son projet s’articule notamment autour de l’impulsion d’une « nouvelle économie, plus sociale et solidaire », d’un « nouveau modèle d’éco-tourisme et de sports de pleine nature », de la « rénovation de l’offre éducative », ou encore d’une « action auprès de tous les bailleurs » pour un habitat décent.

Des projets différents

De plus, le maire d’Arrigas veut faire de la communauté de communes « une référence écologique » et prend l’exemple de la rénovation de la piscine intercommunale « qui sera un projet énergétique exemplaire. » Il évoque également l’élaboration du schéma de cohérence territoriale (Scot) et le plan local d’urbanisme intercommunal « qui auront pour enjeu fondamental de conserver les sols à potentiel agricole. »

Martine Volle-Wild, elle, assume de ne pas avoir un programme ficelé de A à Z. « Bien sûr, j’ai des idées, assure-t-elle. Mais ce que je voudrais, c’est un projet collectif, construit tous ensemble et qui rassemble toutes les communes. » Elle cite néanmoins deux chantiers phares à mener : « L’élaboration du Scot et la convention territoriale globale qui est le projet social du territoire. » Lorsque le président sortant Roland Canayer a déclaré ne pas briguer un nouveau mandat, Martine Volle-Wild estimait « important pour la démocratie qu’il y ait un deuxième candidat. »

Elle dénonce « la méthode » utilisée face à elle : « Il y a des alliances entre maires qui sont faites pour le pouvoir, tandis que certaines communes sont éloignées alors qu’elles ont besoin d’aide. Il faut rappeler que nous sommes une communauté de services qui doit bénéficier à toutes les communes. J’insiste sur la nécessité de solidarité entre chacune d’entre elles, car beaucoup se sentent lésées aujourd’hui. » On verra si son appel est entendu mercredi soir. Rappelons que le Pays Viganais compte 21 communes et 42 élus.

d’après Objectif Gard

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.