Le droit des droits

Comme tous les mercredis, voici une invitation à peser le pour du contre et le contre du pour, encore qu’on ait le choix entre le pour du contre et le contre du pour.

Tous les mercredis , la minute filozaufique.

Un mot à géométrie variable

Mardi matin, cherchant l’inspiration pour ce mercredi-ci, quelqu’une m’a proposé de traiter du « civisme » qu’elle a défini comme « le respect de la loi ». N’écoutant que mon souhait de satisfaire son attente, je me suis aussitôt précipité dans mes vieux dictionnaires et voici ce que cela donne :

  • Civisme : De dit du dévouement aux opinions ultra-révolutionnaires (1794) selon un dictionnaire des années  1880 qui écrit  » se disait en 1794 … » Précisons que ce mot « civisme »est un néologisme et ne se trouve dans aucune des éditions antérieures à 1835 du Dictionnaire de l’Académie
  • Civisme : Zèle du citoyen pour les intérêts de son pays (1854)
  • Civisme : Qualité de celui qui défend ses droits et ceux de ses concitoyens (1887)
  • Civisme : Dévouement à la patrie (1899)
  • Civisme : Sens civique ( civique : qui concerne le  citoyen et son rôle dans la vie politique 2005)

Une fois de plus, la preuve est faite : les faiseurs de dictionnaires, selon l’époque et la société du moment, fourrent dans la tête des citoyens des idées dont le seul but est de les convaincre du bien-fondé de ce qu’ils vivent et de se dévouer pour pérenniser cette société-là assurément le meilleure et promesse de tous les bienfaits futurs qu’elle leur prédit.

Alors, évidemment la question se pose : quand quelqu’un vous parle de civisme, de quel civisme s’agit-il ? S’il pense 1899, vous pouvez lui opposer 1794 par exemple … ou 1887 dans un style plus modéré.

En toutes occasions, vous pouvez ainsi l’éblouir par votre savoir en lui déclamant les différentes définitions du civisme, que vous avez pris soin d »apprendre par coeur ! C’est ainsi que pratiquent ceux qui ont réponse à tout, corrigeant vos erreurs ou enrichissant, pour le moins, votre érudition qui s’avère alors d’une lamentable insuffisance comparée à leur suffisance avérée.

Pour conclure, il me reste à vous proposer une définition novatrice du « civisme  » : qualité de celui qui revendique le respect tous ses droits étant entendu qu’il définit lui-même les droits auxquels il a droit sachant, qu’en tant qu’homme, il est un « mâle à droits ». 

Pourquoi ne pas en profiter pour créer un nouveau principe : la « solicratie « , une véritable démocratie conçue par soi-même, pensée pour soi-même, exclusive pour soi-même et non contestable par les tenants de la démocratie des masses. Quel progrès, quel bond en avant !

A mercredi prochain …

acl

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.