Municipales gardoises : un certain désordre ?

Depuis que le Gouvernement a décidé de suspendre le second tour des élections municipales, le premier tour a été validé et le doute plane toujours sur la tenue du second tour d’où bien des litiges…  

Mardi, le Gouvernement a enfin autorisé les listes élues, dès le premier tour  à installer leur nouveau conseil municipal. Cette annonce vient rompre les deux mois d’attente des édiles qui pourront  à partir de lundi 18 « se mettre au travail. »

Dans le Gard, la majorité des communes (304) est concernée et, dès lundi, ces conseillers auront dix jours pour convoquer un conseil municipal, élire leurs maires et adjoints. 

Un premier tour parfois contesté

Une décision qui soulage les vainqueurs … mais  moins les perdants!  Certains affirment s’être fait « voler » l’élection à cause du fort taux d’abstention, lié à la crise sanitaire. Ainsi, en va-t-il à Clarensac, Laudun-l’Ardoise, Le Vigan, Val d’Aigoual, etc…Thomas Vidal (maire de Val d’Aigoual), via l’Association 50 millions d’électeurs, dont il est membre. est même allé plus loin, en demandant au Conseil constitutionnel de se prononcer sur .la validité de tout le premier tour.

Ces responsables politiques assurent ne pas être de « mauvais perdants » et ne pas pratiquer une politique politicienne. Et de rappeler que ce premier tour avait été maintenu sur l’insistance des parlementaires Les Républicains. En attendant, un certain nombre de recours ont été introduits auprès du tribunal administratif et sont en cours d’examen.

Que sera le second tour ?

Foin de polémiques à propos du premier tour, reste le cas du second. Quand sera-t-il organisé ? Le Gouvernement en dira plus le 23 mai, une fois le rapport du conseil scientifique connu.

Dans le Gard, 47 communes n’ayant pas pu organiser leur second tour et il s’est dit qu’ il serait repoussé en juin, voire à l’automne et même  en mars 2021, en même temps que les Départementales et Régionales, permettant ainsi au parti présidentiel d’espérer améliorer le résultat peu favorable du premier tour de mars 2020. Espoir déçu si le second tour se déroule en juin.

Pour autant  le maintien probable du premier tour n’empêche pas  le second de poser question car si, à défaut de juin, il  est organisé après l’été, l’unité du scrutin sera-t-elle préservée selon le principe inhérent à la tenue d’une élection ?… Si tel n’est pas le cas, faudra-t-il alors rejouer le premier et le second tour ?

Bien des incertitudes demeurent incertitudes. De nouveaux recours seront-ils introduits auprès du tribunal administratif  quelque soit le  choix final de la date du second tour ?

Dans  ce  contexte rendu confus par la tenue d’un premier tour alors que celle du second était alors déjà  incertaine, trouver aujourd’hui  une solution qui satisfasse tout le monde sera difficile car le intérêts des différents partis engagés sont largement  discordants.

Et s’ajoutent  à cela les difficultés prévisibles pour installer également les nouveaux conseils intercommunautaires avec des conseils  municipaux complètement ou incomplètement élus selon le cas sans oublier les recours déjà en cours devant le tribunal administratif.

Une inconnue également est la réaction des électeurs pour aller ou non voter à un  second tour bien éloigné du premier.

Début de réponse le 23 mai.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.