Loi anti-gaspillage : la liste des fruits et légumes qui ne pourront plus être vendus sous plastique

Pommes en barquette, poivrons dans un sachet plastique ou encore bananes sous cellophane, les emballages plastiques se sont fait une place sur les étals. Mais plus pour longtemps, puisqu’un décret précisant la liste des fruits et légumes qui ne pourront plus être vendus sous plastique dès 2022 doit être publié mardi 12 octobre. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la loi anti-gaspillage dont l’objectif majeur est d’atteindre le zéro plastique jetable d’ici 2040.

Quels sont les fruits et les légumes qui ne pourront plus être vendus sous plastique dès 2022 ?
Votée en janvier 2020, la loi anti-gaspillage prévoit un certain nombre de mesures visant à bannir le plastique jetable d’ici 2040. Après l’interdiction des pailles, couverts jetables et confettis en plastique, le gouvernement s’attaque aux emballages des fruits et légumes de moins de 1,5 kg.La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé ce dimanche 10 octobre la publication d’un décret fixant la liste des fruits et légumes qui ne pourront plus être vendus sous plastique dès le 1er janvier 2022. Si celui-ci ne paraîtra pas avant demain, le Journal du dimanche (JDD) en a d’ores et déjà présenté les grandes lignes. Il faut savoir que les produits bio seront eux aussi soumis à l’interdiction.Ainsi, les légumes qui ne pourront plus être vendus dans un emballage plastique dès 2022 sont les :

  • poireaux, aubergines, courgettes, poivrons, concombres, pommes de terre et carottes « normales », tomates rondes, oignons et navets « normaux », choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines.

En ce qui concerne les fruits, l’interdiction portera sur les :

  • pommes, poires, oranges, clémentines, bananes, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, ananas, melons, mangues, fruits de la passion et kakis.

En outre, l’année 2022 devrait marquer la fin des sachets de thé en plastique et des jouets, en plastique également, distribués dans les fast-foods.

La liste des fruits et légumes exemptés

En revanche, certains fruits et légumes seront exemptés, notamment les cas les plus complexes, afin de laisser le temps aux industriels de trouver une alternative. Pourront conserver cellophane et autres emballages plastiques jusqu’au 30 juin 2023 les :

  • tomates cerises ;
  • pêches ;
  • nectarines ;
  • abricots ;
  • oignons et navets primeur ;
  • haricots verts.

Les pommes de terre et les carottes primeur, les épinards, les brocolis, les champignons, la salade, les endives, les asperges ainsi que les cerises ont, quant à eux, obtenu un sursis supplémentaire. En effet, l’interdiction s’appliquera fin 2024 seulement.

Enfin, la plupart des fruits rouges, c’est-à-dire les framboises, fraises, myrtilles, cassis et groseilles, pourront encore être vendus sous plastique jusqu’au 30 juin 2026.

Pour information, la mesure ne concerne pas les produits transformés, soit les fruits et légumes coupés ou épluchés, vendus dans les rayons des supermarchés.

Quelles sanctions pour les industriels en cas de non-respect ?

Les industriels qui ne respecteront pas l’interdiction et continueront de recourir au plastique pour les fruits et légumes s’exposeront à des sanctions. Ces dernières pourront grimper jusqu’à 15 000 euros d’amende et 1 500 euros d’astreinte journalière.

À l’heure actuelle, 37 % des fruits et légumes vendus dans les magasins sont emballés, pour un total d’au moins 1 milliard d’emballages utilisés chaque année.