Le “compteur” du Vatican

Cette année-là, un abbé, répertoriant au mieux le nombre de catholiques et de protestants par paroisse, dressa et fit publier la monographie du diocèse de Nîmes. Son travail, publié en 1905 dans la Revue catholique des Eglises, fut repris en partie par la presse de l’époque
Préambule
Le début du XX ème siècle voit s’intaurer la loi de juillet 1901 concernant les associations, celle de juillet 1904 qui interdit tout enseignement aux congrégations religieuses puis celle de  1905 qui officialise la séparation de l’Etat et des églises, proclame la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes.
Depuis 1872, le paysage confessionnel de la France est difficile à saisir, aucune question concernant l’appartenance religieuse ne figurant dans les  opérations de recensement . En effet, la République Française, “indivisible”, ne reconnaît que des citoyens égaux, « sans distinction d’origine, de race ou de religion ». La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) l’a rappelé, le 8 juillet 2005 : le droit français autorise la collecte de données sur la nationalité et le lieu de naissance d’un individu et de ses parents. Il interdit de « recueillir des données relatives à l’origine raciale ou ethnique, ou religieuse réelle ou supposée ».
L’histoire
L’abbé mentionné ci-dessus est l’abbé Grange (prénom ?), chapelain à l’époque de l’église Saint-Louis- des-Français à Rome et proche du Vatican. Pour une raison non définie, il s’intéresse au diocèse de Nîmes et en établit la monographie. Selon lui, ledit diocèse comprend près de cent paroisses, dix-huit consistoires, deux cents pasteurs ou ministres officiels ou privés et précise que la population protestante représente le cinquième de la population protestante totale de France.
Depuis 1872, les renseignements officiels ne portent plus sur la foi religieuse et l’abbé Grange , pour compenser ce manque, dit avoir sollicité les curés du diocèse et “les quelques protestants qui ont bien voulu parler“. Dans ces conditions, quel est le degré d’exactitude de ce qu’il présente comme des statistiques. Elles sont probablement à peu près crédibles dans la mesure où la presse nationale les reprend sans critiques ni réserves. Sont listées les églises consistoriales (y compris les paroisses qui en dépendent). Les voici :
  • Aiguesvives : 1 350 protestants, 540 catholiques
  • Calvisson : 1  250 protestants, 640 catholiques
  • Saint-Mamert : 300 protestants, 250 catholiques
  • Vauvert : 2 800 protestants, 1 400 catholiques
  • Nîmes : 18 000 protestants, 57 000 catholiques
  • Sommières : 1 420 protestants, 2 390 catholiques
  • Saint-Chaptes : 880 protestants,  440 catholiques
  • Uzès : 1 150 protestants, 3 900 catholiques
  • Saint-Jean-du-Gard : 3 200 protestants, 400 catholiques
  • Mialet : 960 protestants, 90 catholiques
  • Alais : 6 000 protestants, 16 000 catholiques
  • Anduze : 3 300 protestants, 720 catholiques
  • Vézenobres : 630 protestants, 320 catholiques
  • Saint-Hippolyte-du-Fort : 2 750 protestants, 1 780 catholiques
  • Sauve : 1 560 protestants, 820 catholiques
  • Valleraugue : 2 230 protestants, 350 catholiques
  • Lasalle : 1 980 protestants, 470 catholiques
  • Le Vigan : 1 900 protestants, 3 540 catholiques
  • Saint-Ambroix : 740 protestants, 2 760 catholiques
 
Conclusion
On peut faire crédit à l’abbé Grange d’une certaine objectivité, en tant qu’abbé  catholique, dans la présentation de ces statistiques d’autant que, dans ses commentaires, il se plaint amèrement que des catholiques sont “abandonnés” dans certaines communes” (Anduze, Saint-André-de-Valborgne, Les Plantiers) et,  parlant des oeuvres , “les protestants pourraient servir d’exemple aux catholiques“.
Ce document est intéressant par l’image qu’il donne de la répartition religieuse du Gard en 1905 avec toutes les réserves d’usage et en se rappelant, qu’aujourd’hui, la loi ne permet plus le recensement des appartenances religieuses.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.