Nouvelles flash du 20 septembre

Titres, extraits d’articles, sondages, graphiques, photos, etc … selon l’actualité

Le Vigan 
Sauvegarde des services publics

Les «gilets jaunes» vont-ils troubler les journées européennes du patrimoine ?

 Les autorités craignent que des « gilets jaunes » se glissent parmi le public pour rentrer dans les lieux sensibles qui seront ouverts ce samedi

« Ça pourrait être une journée un peu compliquée », confie une source policière. Ce samedi, deux manifestations se dérouleront à Paris : l’une contre la réforme des retraites organisée par Force Ouvrière, l’autre pour le climat. Mais ces deux événements ne sont pas les seuls que devra gérer la préfecture de police. Le même jour, alors qu’ont lieu les journées européennes du patrimoine, des « gilets jaunes » pourraient converger vers la capitale à l’occasion de l’acte 45 de leur mobilisation.

Les forces de sécurité redoutent notamment que des «gilets jaunes » veuillent profiter des journées du patrimoine pour pénétrer au cœur des lieux de pouvoir, habituellement fermés au public. Plusieurs d’entre eux garderont leurs portes closes par précaution, comme le ministère de l’ Éducation nationale, rue de Grenelle (7e), le ministère de l’Agriculture, rue de Varenne (7e), ou la préfecture de police sur l’île de la cité (1er), indique France Info.

D’autres bâtiments pourront être visités, à condition de s’être inscrit au préalable. Une première. C’est le cas des ministères de l’Intérieur, de la Défense et de la Culture, du palais de l’ Elysée, ou de l’Assemblée nationale. Interrogé à ce sujet sur FranceInfo mercredi matin, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nuñez, s’est montré rassurant. « Comme chaque année », un dispositif de sécurisation avec des « rondes et patrouilles » et « des gardes statiques pour les monuments les plus importants » sera mis en place pour « s’assurer qu’il n’y ait pas de troubles », a-t-il fait savoir.

Procès Mélenchon : tensions, rires, scènes ubuesques… Jean-Luc Mélenchon est jugé ce jeudi et ce vendredi au tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir tenté d’empêché, le 16 octobre 2018, une perquisition des locaux de la France insoumise. Cette procédure avait lieu dans le cadre d’une enquête sur les comptes de campagne et les conditions d’emplois d’assistants d’eurodéputés du parti. Mélenchon comparaît pour “acte d’intimidation envers un magistrat”, “acte d’intimidation envers un dépositaire de l’autorité publique”, “rébellion commise en réunion”, “rébellion” et “provocation directe à la rébellion”. D’autres cadres du parti sont jugés également, à l’image des députés Alexis Corbière et Bastien Lachau

Fonctionnaires : encore nombreux à travailler moins de 35 heures

Alors que la loi de transformation de la fonction publique oblige les communes à respecter le temps de travail légal d’ici 2022, un quart des collectivités n’ont pas encore prévu de passer aux 35 heures.

À partir du 1er janvier 2022, une loi oblige les collectivités locales à s’aligner sur les 35 heures par semaine et ainsi appliquer le régime légal du travail comme pour les salariés du privé. Toutefois, la Cour des comptes est mécontente de certaines collectivités dont les régimes dérogatoires donnent encore la possibilité à des fonctionnaires de travailler moins de 35 heures. 

Un quart des collectivités locales, soit 31% des conseils régionaux et 32% des villes de plus de 50.000 habitants enregistrent un temps de travail en-dessous des 1.607 heures indiquées par le régime légal. De leur côté, les petites communes ont été les premières à anticiper ce changement. Ainsi, 80% des villes de moins de 5.000 habitants ont réformé leur temps de travail ou devrait le faire prochainement, encouragées par des budgets plus serrés.

Les collectivités auront deux ans pour se mettre à jour et faire passer tous leurs fonctionnaires aux 35 heures. Les régimes dérogatoires donnent la possibilité aux employés des collectivités de travailler moins de 1.607 heures par an. Cela passe des jours de congés supplémentaires ou un temps de travail en-dessous des 35 heures.

Pour les collectivités, les régimes dérogatoires représentent un surplus de 35.000 agents au sein de l’administration territoriale. Un rapport de l’inspection générale des finances notait en février 2019 que 310.000 agents bénéficiaient de ces régimes. 

Cancer du sein, les hommes aussi ( ML du 19 septembre )

Les cancers du sein sont généralement considérés comme des cancers exclusivement féminins. Les hommes peuvent pourtant aussi être touchés. Ils ne doivent donc pas négliger les symptômes.

Moins de 1% des cancers du sein affectent les hommes. Comme pour les femmes, certains facteurs de risque exposent les hommes au cancer du sein. Il peut s’agir de l’âge (les plus de 60 ans sont ainsi plus exposés), d’antécédents familiaux, d’une prédisposition génétique (liée à la mutation du gène BRCA2), d’une exposition aux rayonnements (en particulier du thorax) ou encore d’une cirrhose du foie qui peut augmenter le taux d’œstrogène et baisser le taux d’androgènes.

D’autres facteurs peuvent être liés à la survenue de ce type de cancer chez l’homme. Mais devant le manque de preuves scientifiques, la prudence reste de mise. La gynécomastie, c’est-à-dire le développement exagéré des seins chez l’homme, l’obésité ou la consommation d’alcool ont ainsi déjà été pointés du doigt.

La rareté et le caractère généralement indolore de la maladie retardent souvent le diagnostic. Les hommes doivent donc être attentifs à leurs seins pour repérer la tumeur le plus rapidement possible. Tout changement doit vous conduire à consulter. Le signe le plus fréquent du cancer du sein chez l’homme est une masse indolore, habituellement située près du mamelon ou en-dessous. Un écoulement ou saignement du mamelon, un mamelon qui pointe soudainement vers l’intérieur, une douleur ou enflure au sein ou encore une masse à l’aisselle sont autant d’autres signes évocateurs.

Sachez enfin que l’évolution de la maladie et les traitements proposés aux hommes sont les mêmes que pour un cancer féminin.

Une étude américaine vient de montrer qu’un programme de dépistage du cancer du sein chez les hommes à risque était tout à fait pertinent. Dans la mesure où les hommes sont dépistés à un stade avancé de la maladie, une mammographie de contrôle permettrait une prise en charge précoce.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.