Après avoir dit “non”, le Département a dit “oui” …

DÉPARTEMENT : Finalement, la rallonge pour les mineurs étrangers est votée

Rejetée il y a un mois, la rallonge de six millions d’euros pour l’accompagnement des mineurs étrangers a été votée, ce matin, avec l’abstention des élus centristes et de trois élus Les Républicains

Ce matin en séance, la DM (décision modificative) sur le budget 2019 a été votée à la majorité (22 voix pour ; 14 contre et 10 abstentions). Il y a un mois, ladite DM avait été rejetée en bloc par l’opposition (Rassemblement national, Le Bon sens républicain, Centristes et Indépendants).

Ce matin, même si l’exécutif a légèrement modifié sa copie, ajoutant une recette « hypothétique » de 3,5 M€, le Rassemblement national et le groupe Le Bon sens républicain (LR) n’ont (presque) pas changé leur fusil d’épaule.

Le  groupe LR a voté contre la DM mais pas tous les élus … et la DM a été adoptée.

*************************

Extrait OBJ Gard quelques jours avant le second vote (Interview Martin Delord)

« Concernant les mineurs étrangers, nous avons proposé une solution »

Au Département, les élus d’opposition ont rejeté en bloc la rallonge de 6 M€ dédiée au suivi des mineurs étrangers. Le 13 novembre, le président socialiste proposera de nouveau le rapport… légèrement modifié. Entretien avec le vice-président aux Finances, Martin Delord.

Objectif Gard : La semaine prochaine, le Conseil départemental réexaminera la décision modificative (*) rejetée en octobre. Avez-vous bon espoir qu’elle soit votée ? 

Martin Delord : Nous verrons bien, mais nous avons proposé une solution à nos élus d’opposition, lundi en commission des Finances. Sur les 6 M€ à ajouter à cette compétence qui, je le rappelle est obligatoire, nous allons inscrire une recette hypothétique de l’État de 3,5 M€.

Une recette hypothétique ? De quoi s’agit-il ?

Le 14 octobre (date du rejet du rapport, ndlr), le président socialiste du Département, Denis Bouad, a écrit au préfet du Gard et au Premier ministre. Il a demandé un complément de financement. Cette année, nous mettons 13,5 M€ pour le suivi des mineurs non-accompagnés alors que l’État nous compense seulement à hauteur de 2,5 M€.

Qu’est-ce qui vous dit que l’État va accéder à votre demande ?

Je pense que l’on peut avoir quelque chose… Peut-être pas à cette hauteur. Mais notre démarche est surtout un signal envoyé à l’État et à nos élus d’opposition. Ils disent que leur vote n’a rien à voir avec la gestion du président Bouad mais qu’ils veulent envoyer un signal fort à l’État. Par l’inscription de cette recette et de nos lettres envoyées à l’État, nous allons dans le même sens.

Une porte de sortie pour certains élus d’opposition ?

Essayez-vous d’offrir une porte de sortie à certains élus d’opposition qui se sont fait apostropher après leur vote ?

Nous, on dit simplement qu’on a reçu le message. On peut d’ailleurs espérer que d’autres départements nous suivent… Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Même les collectivités gérées par la droite ont voté ces crédits […] Ensuite, il est évident que le rejet de la décision modificative met à mal certaines entreprises. Nous avions 5 M€ de travaux sur les routes à voter. Ça met aussi en péril le fonctionnement des associations et le paiement des agents de la collectivité. Ce sont les conséquences du blocage qui, politiquement, pourrait nuire à tout le monde. Le rôle des élus est de trouver des solutions.

En commission, comment ont réagi les élus d’opposition ?

Le Rassemblement national et les “centristes” n’étaient pas présents. La Droite a émis des réserves. Moi, je reste optimiste. De toute façon, si nous ne votons pas ce rapport, le préfet prendra la main puisque c’est une compétence obligatoire. Ce serait dommage d’en arriver là.

Rien n’est donc sûr… Comme cette aide hypothétique de l’État. Si vous ne l’obtenez pas, quelles seront les conséquences pour la collectivité ?

Aucune ! C’est d’ailleurs le point principal de cette décision modificative. Par rapport aux prévisions inscrites dans le budget primitif, nous avons dégagé 3,4 M€ d’économies sur notre fonctionnement. Et ce, malgré le désengagement de l’État dans plusieurs domaines (RSA, aide aux personnes handicapées…) La gestion du président Bouad ne peut être remise en cause.

Du coup, on pourrait presque se demander si l’État ne va  pas continuer à diminuer ses aides, puisque vous vous en sortez si bien…

Quand même pas. En deux ans, l’aide aux mineurs non-accompagnés représente la construction d’un collège ! Certes, le Département s’en sort correctement, mais cet argent pourrait être utilisé autrement au service des Gardois.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.