De mieux en mieux …

Le Conseil scientifique craint une « possible désorganisation de la société » en janvier

Les experts s’attendent à « des centaines de milliers de cas » de Covid-19 et donc une multiplication des arrêts maladie.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Après un mois de décembre marqué par une hausse des contaminations, le mois de janvier va-t-il être celui d’une explosion des cas de Covid-19 ? C’est la crainte du Conseil scientifique, qui s’est exprimé sur la situation épidémique jeudi 23 décembre, à la veille de Noël. Ses membres s’attendent à « des centaines de milliers de cas » du variant Omicron en janvier 2022 avec, à la clé, une « possible désorganisation de la société à partir de début janvier » en raison de très nombreux arrêts maladie. Suivez notre direct.

 AstraZeneca plaide pour sa dose de rappel. Le laboratoire pharmaceutique affirme qu’une troisième dose de son vaccin contre le Covid-19 augmente « significativement » le niveau d’anticorps contre le variant Omicron. Citant une étude clinique, il évoque des « niveaux d’anticorps neutralisant Omicron (…) globalement similaires aux niveaux atteints après deux doses contre le variant Delta ».

 Emmanuel Macron appelle à la prudence. Le président de la République Emmanuel Macron a invité jeudi dans un tweet les Français à faire « un test préventif pour rassurer » avant de retrouver leur famille pour les fêtes de Noël. Il appelle la population à respecter les gestes barrières, à s’isoler en cas de symptômes et à se faire vacciner.

 Moins de cas graves avec Omicron ? Deux études préliminaires menées au Royaume-Uni montrent que les infections au variant Omicron sont moins susceptibles de provoquer des hospitalisations par comparaison avec le variant Delta, confirmant une tendance observée en Afrique du Sud. Prudence toutefois, car le taux de transmission élevé du variant pourrait malgré tout provoquer une hausse des cas graves.

la Presse