Combien sommes-nous en France, en Occitanie, dans le Gard ?

La population française a atteint 67 millions d’habitants au 1er janvier 2019, soit une croissance de 0,3 % limitée par la baisse continue de la natalité depuis 4 ans, a annoncé ce mardi 15 janvier l’Insee.

Les chiffres de l’Insee sont tombés : population, naissance, mariage, décès… Tout savoir sur ceux qui composent la France et un point en Occitanie.

Il y a eu en France, en 2018, 758 000 naissances (12 000 de moins qu’en 2017) et 614 000 décès (8 000 de plus), soit 144 000 personnes en plus.

La population en France

– La population française a atteint 66 993 000 habitants au 1er janvier, soit 64 812 000 résidents en métropole et 2 181 000 dans les départements d’outre-mer.

La population en Occitanie

En Occitanie, l’estimation de la population au 1er janvier est de 5 892 817 habitants. Pour plus de détails : il y aurait 2 846 115 hommes et 3 046 702 femmes.

1 321 576 habitants en Occitanie ont entre 0 à 19 ans, 1 334 135 entre 20 et 39 ans, 1 528 526 entre 40 à 59 ans, 1 077 321 entre 60 et 74 ans et 631 259 ont plus de 75 ans.

Les chiffres par département

– Hérault : 1 165 412  habitants dont 557 769 hommes et 607 643 femmes.

– Gard : 745 756 habitants dont 359 277 hommes et 386 479 femmes.

– Lozère : 75 700 habitants dont 37 487 hommes et  38 213 femmes.

– P-O : 481 691 habitants dont  229 096 hommes et 252 595 femmes.

– Aude : 368 011 habitants dont 176 580 hommes et 191 431 femmes.

– Aveyron : 277 900 habitants dont 136 798 hommes et 141 102 femmes.

De moins en moins de bébés

– 758 000 bébés sont nés en 2018, soit 12 000 de moins qu’en 2017 (- 1,5 %). Le nombre de naissances baisse tous les ans depuis quatre ans.

 La France restait au 1er janvier 2018, le deuxième pays le plus peuplé de l’Union européenne derrière l’Allemagne (82,9 millions d’habitants). Cette dernière a gagné 328 000 habitants en 2017 malgré un solde naturel déficitaire (148 000).

– La fécondité baisse pour la 4e année consécutive, à 1,87 enfant par femme en 2018, contre 1,90 en 2017. Elle était relativement stable entre 2006 et 2014, oscillant autour de 2 enfants par femme.

– L’âge moyen des femmes à l’accouchement continue d’augmenter, à 30,6 ans en 2018 contre 29,8 ans dix ans plus tôt.

– La baisse de fécondité des femmes en âge de procréer (de 20 ans à 40 ans) est la principale explication de la diminution de la natalité mais le recul du nombre de naissances est aussi dû en partie à l’arrivée dans cette tranche d’âge de générations moins nombreuses : elles sont 8,4 millions en 2018 contre 9,1 millions vingt ans plus tôt.

Côté mariages

– En 2018, on a célébré 235 000 mariages dont 229 000 mariages hétérosexuels et 6 000 mariages homosexuels (7 200 en 2017).

Espérance de vie et vieillissement

– L’espérance de vie à la naissance a progressé pour les hommes depuis 2014 de 0,2 années, à 79,2 ans en 2018 mais a régressé pour les femmes, à 85,3 ans en 2018 contre 85,4 ans quatre ans plus tôt.

L’espérance de vie des femmes en France reste toutefois l’une des plus élevées d’Europe, tandis qu’elle n’arrive qu’en neuvième position pour les hommes.

Dans les conditions de mortalité de 2018, un homme de 60 ans vivrait encore 23,2 ans en moyenne, et une femme 27,6 ans. Au 1er janvier 2019, une personne sur cinq en France a 65 ans ou plus.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.