Bout de débat 13/03/2018 … à déguster !

Le 13 mars 2018, il y avait conseil de communauté avec le DOB (Débat d’orientation budgétaire pour 2018) à l’ordre du jour. En voici un extrait traitant du FPIR.

FPIR, quezaco ?

Ne compliquons pas les choses : il s’agit d’une somme d’argent versée par l’Etat à la Communauté de communes (fonds de péréquation intercommunale et rurale). C’est donc une recette.

A partir de là, la question est : que fait-on de cet argent ? :

Alors le conseil de communauté doit voter  pour l’une des trois solutions :

  1. la somme est répartie entre les 22  communes de la CDC Pays viganais … et rien pour la CDC
  2. la somme est répartie entre la CDC et les communes selon une règle précise prévue par la loi
  3. la somme est répartie librement selon la décision communautaire

Avant, il faut débattre  d’où la vidéo en deux parties de ce débat …

A ce jour, les conseillers communautaires ont débattu mais pas encore voté.

 

 

Herratoume : Ne pas lire 27ème mais 2ème !

Commentaire “eccehomo”

Le déroulement de cette deuxième partie du débat concernant la répartition du FPIR 2018 (estimé à ce jour à 320 000 €) est très révélateur.

Je n’ai pas indiqué volontairement le nom des intervenants mais leur fonction municipale , en précisant toutefois que le maire du Vigan est premier vice-président de la CDC (Communauté des communes du Pays Viganais ) et que le président de la CDC est maire de Molières-Cavaillac)

Cette CDC comprend 22 communes et son Conseil 42 élus conseillers communautaires  (maire ou conseiller municipal par ailleurs ) : 22 maires et 20 conseillers municipaux,

Enfin, la somme allouées à la CDC au titre du FPIR est approximativement de 320 000 € (à confirmer) à charge pour le Conseil de la CDC de décider de sa répartition d’où le débat avant vote.

****************************

Les conseillers communautaires ont été élus  en 2014 pour 6 ans et certains d’entre ont ensuite été élus, au sein de la CDC ,vice-président avec une délégation dans un domaine spécifique , les responsabilités y attachées et une “rétribution financière”. Les conseillers communautaires “ordinaires” ne perçoivent rien.

Au cours de ce débat, les conseillers ne pouvaient oublier leurs responsabilités municipales mais, non plus, qu’ils étaient réunis en tant que conseillers communautaires. “Double casquette” … sentimentalement parlant !

Cette CDC, d’environ 10 000 habitants, est exclusivement rurale sauf Le Vigan, Avèze et Molières-Cavaillac qui le sont peut être juste un peu moins … et encore … ce qui a pour première conséquence la faiblesse de leurs moyens (pauvres, disent-ils parfois) et  leurs difficultés pour se développer et ne pas disparaître.

Et c’est là que le débat est fondamental. Faut-il :

  • 1 – répartir la totalité des  320 000 € entre les 22 communes et rien pour la CDC en tant que telle
  • 2 – répartir les 320 000 € entre la CDC et les communes selon un pourcentage à définir

Il s’est dit beaucoup de choses dans le débat mais aussi dans les couloirs en “off”. Essayons d’y voir clair !

Les petites “communes” (19 + Molières) pencheraient toutes pour la répartition (2), Avèze “discuterait” en son sein pour l’instant et pour Le Vigan, pas d’autre solution que la “1”.

Que disent ces petites communes ? Leurs moyens sont tellement restreints qu’ils admettraient qu’une part significative soit laissée à la CDC à condition que cela finance des services mutualisés dont ils pourraient bénéficier et qu’ils ne peuvent créer faute de moyens .

Du côté du Vigan,  on constate la permanence de l’argumentation du maire du Vigan réclamant inlassablement des économies, des investissements au plus bas hypothéquant du coup le développement économique du Pays Viganais  (quand ça n’est pas celui du Vigan …). Il y mit tant d’ardeur qu’il finit même par promettre sa “virulence” l’année prochaine (voir la vidéo 2) pour obtenir satisfaction. Certains soulignent son “tout l’argent possible pour Le Vigan et que les autres se débrouillent.“); Ce ne sont que paroles de couloirs mais, néanmoins, c’est une indication du climat.

Peut-on reprocher au maire du Vigan, qu’en tant que premier vice-président de la CDC, il ne montre guère de sentiments de solidarité et d’écoute des autres ? Nous savons tous, élus ou pas, que la machine est en route : transfert progressif des compétence des mairies vers les communautés de communes, fusions de communes, créations de “nouvelles communes”, devenir des conseils départementaux, etc, sans compter les premiers “frémissements” en vue des prochaines municipales en 2020 qui se font sentir, notamment au Vigan qui semble souffrir d’un   dilettantisme distingué et non moins efficace.

Je n’ai pas voix au chapitre pour voter pour l’une ou l’autre solution mais, à titre personnel, je verrais d’un bon oeil que la répartition entre communes et CDC soit choisie à condition que le montant  revenant à la CDC soit affecté irrévocablement “au(x) service(s) d’aide” aux communes du Pays Viganais. 

Cela peut se faire et même s’écrire !

 

 

 

 

1 Commentaire

  1. Je suis étonné que personne ne soit à même de déposer un commentaire sur l’argumentation du maire du Vigan en matière d’économies. Ou les Viganais dorment ou ils ne voient pas ce qui se passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*