Bac 2021 : tout ce qu’il faut savoir …

Bac 2021 : tout ce qu’il faut savoir sur cette édition inédite pour les élèves de première et de terminale

Le coup d’envoi pour la voie générale de ce bac nouvelle formule sera donné le 17 juin avec la philosophie et les épreuves anticipées de français. Dans un contexte de perturbations engendrées par la crise sanitaire, à quoi vont ressembler les épreuves cette année ? Tour d’horizon. 

Maintenir le rituel de passage, avec un filet de sécurité et un mot d’ordre, « la bienveillance ». Voici, en substance, l’esprit des épreuves du baccalauréat version 2021. L’enjeu est double pour l’exécutif : il s’agit à la fois de mettre en œuvre la réforme du bac promise par Emmanuel Macron et mise en musique par le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, et de tenir compte de l’année à trous que viennent de vivre les élèves en pleine pandémie de Covid-19. 

Les syndicats lycéens, qui réclamaient un contrôle continu intégral, comme en 2020, n’ont pas obtenu gain de cause. Seules les épreuves de spécialité de mars, qui devaient être testées pour la première fois, ont été annulées. Au vu de l’amélioration de la situation sanitaire, celles de juin sont en revanche maintenues. Le coup d’envoi pour la voie générale sera donné le 17 juin avec la philosophie et les épreuves anticipées de français. A quoi va ressembler cette édition inédite ? Tour d’horizon. 

Quelles sont les dates des examens ?

Pour les élèves de terminale de la voie générale et technologique, l’épreuve écrite de philosophie se tiendra le jeudi 17 juin au matin et le grand oral du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet. Pour les élèves de première, les épreuves anticipées de français auront lieu le jeudi 17 juin après-midi pour l’écrit et du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet pour l’oral. 

Les épreuves écrites du baccalauréat professionnel se tiendront, elles, le mercredi 16 juin (français, histoire-géographie et enseignement moral et civique), le 17 juin (prévention, santé et environnement, économie-droit et économie-gestion) et le 18 juin (arts appliqués et cultures artistiques). 

Les résultats seront connus le mardi 6 juillet.

Espacement, masques… Dans quelles conditions vont se dérouler les épreuves ? 

La convocation de 715 006 candidats (384 083 pour le bac général, 189 246 pour le bac professionnel et 141 677 pour le bac technologique) est une gageure dans le contexte sanitaire, quand bien même les effectifs globaux sont en baisse de 3,46% par rapport à 2020. Une distance de deux mètres devra être respectée entre les élèves et le port du masque sera obligatoire pour tous, y compris pendant le grand oral. En cas de refus, l’accès aux locaux d’examen sera refusé. Des masques seront distribués à ceux qui n’en ont pas. Les candidats passeront leurs mains au gel hydroalcoolique à chaque entrée et sortie.

Les salles seront aérées avant, pendant et après les examens. Pour les oraux, une désinfection de la table et des chaises sera effectuée entre les passages des candidats, qui devront présenter leur pièce d’identité aux examinateurs sans contact et émarger avec leur propre stylo. L’élève sera seul avec le professeur. « Il n’y aura jamais plus de deux personnes dans la même salle, le préparationnaire [l’autre élève qui prépare son oral] sera dans une autre pièce », a précisé Edouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire, lors d’une conférence de presse mercredi 2 juin.

Quelle est la part du contrôle continu ? 

Les épreuves de spécialité ayant été annulées, le contrôle continu représentera 82% de la note finale de l’examen, contre 40% dans la version initiale de la réforme. L’épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral correspondent aux 18% restants. La note du contrôle continu sera « la moyenne des moyennes trimestrielles », a expliqué Edouard Geffray. Elle sera arrondie au dixième de point supérieur. « Si ma moyenne est de 12,17, la machine l’arrondit à 12,2 », a-t-il illustré.

« Je cherche une bienveillance vraiment réelle vis-à-vis des élèves, c’est-à-dire leur permettre de passer un baccalauréat qui a sa pleine valeur et leur permettre de s’entraîner à ce qui va les faire réussir plus tard », s’était justifié Jean-Michel Blanquer au « 20 heures » de France 2, début mai.

A quoi faut-il s’attendre pour la philo ? 

Chaque année − excepté 2020 −, c’est le baptême du feu pour les futurs bacheliers. L’écrit de philo des terminales, une spécificité du baccalauréat français, comportera cette fois-ci quatre sujets au lieu de trois : un sujet d’explication de texte philosophique et trois sujets de dissertation (au lieu de de deux habituellement), sur différentes notions du programmeLes élèves auront quatre heures pour composer. La rue de Grenelle a fait un autre geste : les élèves conserveront la meilleure note entre celle de l’épreuve finale et celle de la moyenne annuelle obtenue dans le cadre du contrôle continu. 

Mais attention, les élèves qui ne se présentent pas sans raison valable (parce qu’ils ont une très bonne moyenne au contrôle continu par exemple) le jour J, auront un « zéro » pointé. « Il n’y a aucun intérêt à ne pas composer. Soit on y gagne, soit on n’y perd rien », a fait valoir Edouard Geffray lors de la conférence de presse. Ceux qui rendent copie blanche après être restés la durée légale (une heure) auront aussi zéro mais verront leur note de contrôle continu retenue. Le directeur général de l’enseignement scolaire signale malgré tout que ce zéro figurera sur leur relevé de notes du bac. 

Et pour le grand oral en terminale ? 

La première édition du « grand oral » suscite de fortes inquiétudes car c’est une plongée dans l’inconnu. « L’enjeu, c’est de mettre fin au retard des élèves français à l’oral », a pointé Edouard Geffray. Pour rappel, cette épreuve d’une vingtaine de minutes, nommée ainsi en référence aux concours d’écoles prestigieuses comme Sciences-Po, vise à évaluer la capacité de l’élève à argumenter et débattre sur les spécialités qu’il a suivies au cours de l’année. Une petite révolution qui fait la part belle à « l’égalité des chances », de l’avis de l’avocat Bertrand Périer, interrogé dans Le Monde

Le candidat présentera deux questions au jury, qui en choisira une. Il aura ensuite 20 minutes pour se préparer. Afin de rassurer les élèves qui essuient les plâtres, plusieurs assouplissements ont été prévus. Lors de la première partie de l’épreuve, qui consiste en un exposé de cinq minutes, chaque candidat pourra garder son brouillon sous les yeux. Pendant la deuxième partie, un entretien de 10 minutes, il pourra s’appuyer sur un support visuel, comme un tableau, pour y illustrer ou expliciter ses propos (poser une équation, esquisser une carte…).

Les candidats auront également le droit de venir avec une lettre de leurs professeurs, attestant que certaines parties du programme n’ont pas été étudiées. Le grand oral « n’est pas un contrôle des connaissances » mais vise à « apprécier » leur « capacité à argumenter autour de la thématique » choisie, a souligné le directeur général de l’enseignement scolaire. Il représente 10% de la note finale du bac pour la voie générale et 14% dans la voie technologique. 

Quelles règles pour le français en première ?

Au contraire de la philo, les élèves de première ne pourront pas compter sur le contrôle continu. « C’est une configuration très différente en termes de type d’épreuves », a justifié Edouard Geffray, rappelant que des « aménagements importants ont été apportés ». En janvier, le nombre de textes à étudier en vue de l’épreuve écrite anticipée de français a été réduit : 14 dans la voie générale au lieu de 20, sept pour la voie technologique au lieu de 12. Lors de l’examen, le nombre de sujets soumis aux élèves sera doublé. Pour la voie générale, deux séries de trois sujets de dissertation seront proposés et deux commentaires sur deux objets d’étude distincts. Pour la voie technologique, ils auront le choix entre deux commentaires et deux contractions de textes, chacune suivie d’un essai. 

A l’oral, les élèves des deux voies pourront opter pour l’un ou l’autre des deux textes sélectionnés par l’examinateur, de manière à choisir celui qu’ils auront plus particulièrement travaillé durant l’année. Sur le descriptif de chaque candidat, seront mentionnés les points du programme qui n’auront pas pu être abordés, notamment en grammaire. Pour la seconde partie de l’épreuve, les candidats pourront consulter l’œuvre étudiée afin de faire référence à un passage précis.

Quoi de neuf pour le bac pro ?

Les épreuves des enseignements généraux du baccalauréat professionnel, qui compte 93 spécialités, sont maintenues. Il s’agit du français, de l’histoire-géographie, de l’économie, du droit ou de l’économie-gestion et de la PSE (prévention santé environnement au travail). Là aussi, le ministère a assoupli les règles : seules les deux meilleures notes seront retenues pour la délivrance du diplôme.

L’épreuve orale inédite de présentation du chef-d’œuvre en CAP est conservée. Pour les contrôles en cours de formation (CCF), tous les candidats concernés doivent en passer au moins un. Lorsqu’un ou plusieurs CCF ont déjà été réalisés, les élèves sont dispensés des autres CCF.

Quel sort pour les élèves hors contrat ?

Ces candidats, scolarisés dans des établissements privés hors contrat, représentent moins de 1% des 750 000 bacheliers, soit 3 600 jeunes. Après avoir longtemps hésité, Jean-Michel Blanquer a concédé l’annulation des examens du tronc commun pour ces élèves, qui seront évalués eux aussi sur le contrôle continu pour l’EPS, l’histoire-géographie, les mathématiques ou encore les langues vivantes. Ils devront néanmoins passer les épreuves de spécialité les 7, 8 et 9 juin, à la différence des élèves du public et du privé sous contrat, ainsi que le grand oral et la philo. Les élèves de première passeront quant à eux l’épreuve ponctuelle de la spécialité qu’ils ont décidé d’abandonner en terminale.

Le ministre, estimant « plus difficile de valider le contrôle continu » dans ces établissements hors contrat, qu’ils soient confessionnels ou avec une pédagogie alternative comme Montessori ou Freinet, a assuré vouloir « tenir compte de la situation » de ces élèves et des « problèmes qu’ils ont pu rencontrer »

S’agissant des candidats libres, ils sont 700 cette année à passer le bac sur le tard et/ou via un Cned (Centre d’enseignement à distance) non réglementé. Ils bénéficieront des mêmes aménagements que les autres élèves pour la philo et le grand oral. Faute de contrôle continu, ils devront passer les épreuves des enseignements de spécialité mais l’examen portera seulement sur le programme de terminale. 

Comment vont se dérouler les corrections et les oraux de rattrapage ? 

Un travail d’harmonisation devra être fait entre les notes du contrôle continu et celles des épreuves. Pour le contrôle continu, les notes remonteront à partir du bulletin, mais le jury aura aussi accès au livret scolaire de l’élève et aux appréciations, pour voir s’il est possible « d’harmoniser à la hausse », a signalé le directeur général de l’enseignement scolaire. Pour la philo, les deux notes (du contrôle continu et de l’épreuve) seront rentrées dans un système informatique qui sélectionnera la meilleure des deux, soumise au jury final.

Les candidats du bac général et technologique dont les notes se situent entre 8 et 9,9 pourront se présenter aux oraux de rattrapage, du mercredi 7 au vendredi 9 juillet. Ils choisiront deux enseignements au maximum à repasser, parmi le français [il n’y a pas de rattrapage en première], la philosophie, le grand oral ou les enseignements de spécialité. « Il n’y aura pas de questions pièges », promet-on au ministère. Pour le bac professionnel, les épreuves de rattrapage (dites « de contrôle ») auront lieu aux mêmes dates et porteront sur deux questions au programme, à traiter en 15 minutes à l’oral. 

Tous les candidats qui n’ont pas pu se présenter aux épreuves de juin car ils étaient cas contact ou atteints du Covid-19, par exemple, pourront passer les épreuves de remplacement les 6, 9, 10 et 13 septembre. A condition de produire un document officiel de l’Agence régionale de santé ou de l’Assurance-maladie. Ils conserveront le bénéfice de leur inscription à Parcoursup jusqu’à la proclamation définitive des résultats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.