Coronavirus: la téléconsultation par téléphone. Pour qui, comment, le coût ?

Faire une consultation par téléphone avec son médecin est désormais possible en cas de suspicion de Covid-19. L’utilisation de la téléconsultation peut se faire pour ceux qui ne sont pas équipés.

Le recours à la téléconsultation est désormais facilité pour la population dans le cadre de l’épidémie du coronavirus sur le territoire. Le décret publié le 9 mars portait sur les conditions et prises en charge des actes de télémédecine. Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran l’avait annoncé le 8 mars lors de sa conférence de presse. Depuis le 4 avril, vous pouvez consulter par téléphone.

• Qui est concerné?

Toute personne « atteinte ou potentiellement infectée par le coronavirus » peut demander une consultation médicale en ligne.

Vous avez une toux sèche, de la fièvre et cela vous inquiète? Si la téléconsultation ne remplace certes pas une consultation avec examen clinique en réel (comme écouter les poumons du patient), elle peut vous rassurer.

Comme lors d’une consultation en face-à-face, le praticien va vous questionner, via un écran ou par téléphone si vous n’avez pas d’ordinateur – c’est possible depuis le 4 avril. Il vous demandera votre parcours médical (maladie chronique…), vous allez lui décrire de façon précise vos symptômes, ce qui lui permettra de poser un diagnostic.

Pas de panique, car le coronavirus, sous sa forme bénigne n’est généralement pas dangereux pour la plupart des malades: si vous êtes diagnostiqué, vous resterez chez vous, à l’isolement, et vous allez guérir spontanément. Si vous vivez avec des proches, vous porterez un masque et eux aussi pour éviter de projeter des gouttelettes en toussant sans oublier d’adopter les gestes barrières. Si le médecin soupçonne une forme sévère du coronavirus, il vous redirigera vers le 15.

• Ce que cela change pour vous

Dès maintenant et jusqu’au 30 avril, vous pouvez contacter un médecin de votre choix pour une consultation en ligne ou par téléphone, alors qu’auparavant, la téléconsultation était réservée aux personnes ayant consulté leur médecin traitant dans les douze derniers mois, dans le cadre du parcours de soins coordonné.

• Quel est l’intérêt de la téléconsultation?

Pour les personnes qui se sentent fébriles, c’est une assurance pour éviter de transmettre le virus à d’autres personnes, patients ou médecins. Cela est aussi utile lorsque vous évoluez dans une zone ou un foyer de contamination (cluster). Par ailleurs, cela limite l’engorgement des salles d’attente des médecins de ville.

• Comment va se passer la téléconsultation?

– Appelez un médecin: vous déterminerez avec lui ou son secrétariat le jour et l’heure de la consultation en ligne, s’il la pratique.

– Vous devez avoir un ordinateur, un smartphone ou une tablette équipée d’une webcam intégrée.

• Depuis le 4 avril, la téléconsultation est autorisée par téléphone

Cette dérogation concerne:

les patients dépourvus de moyens vidéo ou de connexion internet (installés en zone blanche par exemple),

– les patients atteints -ou possiblement atteints par le COVID-19-,

– les personnes en affection longue durée (atteints d’une pathologie chronique),

– les patients de plus de 70 ans.

• Pour les personnes connectées, voici le mode d’emploi:

Peu avant le début de la consultation, le médecin vous envoie un lien internet sécurisé que vous activez: vous êtes dirigé sur un site de téléconsultation ou une application spécifique sécurisée où vous allez pouvoir converser avec lui par vidéo.

– Depuis son ordinateur, le médecin va vous poser des questions: c’est une consultation presque comme d’habitude. Il établira, si nécessaire, une prescription (médicaments, examens complémentaires), un arrêt de travail. La transmission se fait sous format papier ou sous forme  électronique, via une messagerie sécurisée.

• Et pour le remboursement?

Vous payez par carte bancaire et la téléconsultation est remboursée par l’Assurance maladie à 100% comme vient de l’annoncer la caisse nationale d’Assurance Maladie le 19 mars. Le reste est pris en charge par votre complémentaire.

À savoir: suppression du délai de carence pour les personnes qui travaillent 

Autre mesure du décret du 9 mars publié au Journal officiel: le délai de carence est levé pour les personnes qui travaillent et dont les enfants de moins de 16 ans font l’objet de mesure d’isolement, en raison de la fermeture temporaire, dans certaines communes, des crèches et des établissements scolaires. Pour les enfants en situation de handicap, la limite d’âge est de 18 ans.

Pour un couple, cette mesure concerne un seul des deux parents qui doit attester sur l’honneur à son entreprise qu’il est le seul à demander un arrêt de travail. Il touche des indemnités journalières et cela dès le premier jour d’arrêt maladie, et uniquement s’il ne peut pas faire de télétravail. Son employeur s’occupe de faire la déclaration en ligne à l’Assurance maladie

source notre temps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.