Les déchets ménagers : Y a débat !

Récemment, un premier article signé Gérald Gervasoni a été suivi prestement par un autre signé Carole Delga. Si l’un met en cause la Région, l’autre écarte toute responsabilité. Ils resteront “bons camarades” malgré tout, PS oblige.

Source Midi Libre

2 Commentaires

  1. Taxe enlèvement des ordures ménagères dit T.O.E.M.
    1. Il y a déjà eu une explosion des taux entre 2000 et 2006, le taux passant de 6,17 % à 14,5%, le projet d’un nouveau four aurait pu être pensé à cette époque.
    2. Pour remplacer une bonne partie de cette taxe, un prélèvement devrait être appliqué à la source sur la vente du produit sachant qu’une partie plus ou moins importante finira dans une poubelle.
    Certains industriels exagèrent dans certains emballages autres que l’alimentation pour mieux présenter le produit afin de le vendre plus cher.
    3. Si les augmentations citées sont appliquées, vu les sommes à débourser par les usagers, il n’est plus possible d’appliquer l’option actuelle : un taux appliqué sur tous les fonciers bâtis produisant ou PAS des ordures ménagères. Contrairement à une redevance, la T.E.O.M avec un taux appliquée à la valeur du foncière du bien n’a pas de rapport direct avec le service rendu. Cette taxe fait beaucoup de mécontents dans son mode de calcul. Il faudrait changer le mode de calcul se rapprochant au mieux sur le service rendu en adressant directement la facture aux usagers, comme pour l’eau par exemple.
    4. Il faut responsabiliser les usagers pour les inciter à faire le tri. De plus en plus de collectivités appliquent l’option redevance de différentes façons. Il faut éviter aussi cette expression souvent entendue entre 2000 et 2006 « Plus on trie, plus on paie ».
    5. Les bacs à ordures ménagères sont trop considérés comme des fourre-tout. Pour éviter ce problème, il faudrait des bennes ou bac dans chaque commune pour placer les déchets autres que ordures ménagères, personne ne va à la déchetterie pour déposer un seul objet H.S. ou un sac de gazon ou même un sac de gravats (bien lourd). Certaines communes prévoient des ramassages réguliers pour amener les déchets non ménagers à la déchetterie.
    6. Le budget de la T.O.E.M. recettes et dépenses est un budget indépendant du budget de la CDC pourrait-il être consultable sur le site de la C.D.C. ?.
    On constate aussi une absence de dialogue entre les élus et les habitants , en particulier pour Le Vigan, pour discuter directement avec la population sur les affaires importantes de la commune et d’en faire part aux réunions du conseil municipal.

  2. Gérer c’est prévoir. Quand un élu ait responsablé de quelque chose d’aussi important que le traitement des déchets, il doit réfléchir et anticiper au lieu de lever les bras au ciel quand le couperet est déjà en train de tomber.
    Et il devrait ne se consacrer qu’à ce travail au lieu de jouer avec les casquettes.
    Là, on se plaint alors qu’il est déjà sûr que la redevance va augmenter.
    Il y avait toute une économie à mettre en route en retraitant nous même nos déchets et en les valorisant sur place.
    Au lieu de cela, on crée des zones artisanales qui sont des friches industrielles avant d’avoir vu le jour et ce, avec des budgets à plusieurs million d’euros.
    Les vrais investissements n’auraient-ils pu contribuer à créer une centrale électrique à brulage de déchets le moins polluant possible chez nous ?peut etre adossée à la filière bois locale et à l’élimination des déchets verts?
    Aussi, trouver des solutions motivantes pour qu’il y ait moins de casse sur le matériel de collecte et enfin, à investir dans de vrais matériels qui réduise le volume du fer, du carton, du bois pour moins de transport et moins de frais.
    Quand la présidente de région dit qu’elle attend les projets, c’est bien la preuve qu’elle en a vu aucun et que tout le monde est bien nonchalant.
    Et quand la même présidente de région répond que la saturation des unités de traitement n’a pas été anticipée? quand même dans le même temps l’élu constate l’augmentation ! il la constate mais ne la combat pas alors que ça dure depuis des années. Bref se tourner vers la région est inutile surtout en dernière minute et il faut bien admettre que, aller se plaindre de sa propre inaction était le meilleurs moyen de prendre une fessée régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.