Un projet qui avance … (Mont Aigoual)

La station du Mont Aigoual,

futur observatoire des changements climatiques

La station du mont Aigoual futur observaytoire des changements climatiques

L‘observatoire va être transformé en centre français d’interprétation aux changements climatiques. L’architecte retenu est celui de l’aire du Viaduc de Millau.

Ici, à 1 567 m d’altitude, au tumultueux carrefour des masses méditerranéenne et atlantique, est le siège de la première exposition de l’histoire consacrée à la météorologie, dernière station habitée de France. L’iconique observatoire Georges-Fabre va devenir, après d’importants travaux de rénovation, le centre français d’interprétation et de sensibilisation aux changements climatiques. Inédit en Europe.

L’architecte de l’aire du Viaduc

Un avant-projet bien avancé a été présenté aux élus locaux la semaine passée. Pour l’instant, la communauté de communes Causses Aigoual Cévennes, maître d’ouvrage, ne souhaite rien en montrer. L’ouverture est espérée à l’été 2020.

Dès le début, le bâtiment, sa situation en zone cœur du Parc national des Cévennes et les conditions climatiques exceptionnelles impliquent des choix de matériaux et d’implantation en conséquence“. Les météorologues qui vivent et travaillent sur place ont  incité l’architecte à revoir sa copie, pour éloigner la future entrée des terribles vents d’ouest.

Quant à l’intérieur, un comité scientifique, dirigé par Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du Giec, cogite sur “la scénographie”. Seront présentées, au fur et à mesure de leurs avancées, nos connaissances sur le climat et le changement climatique. Tout comme leurs conséquences, au niveau global, mais aussi national ou même local. Les thèmes de l’exposition actuelle seront aussi conservés, tout ou partie.

En plus de leurs observations, les trois météorologues attachés au site (la boutique est tenue par un agent intercommunal ; un ouvrier d’état y assure l’entretien) poursuivront, avec des renforts estivaux, leur mission d’accueil et d’information du public. Le visiteur pourra tout comprendre et c’est l’intérêt du site : avoir les techniciens sur place.

Sur les flancs de la montagne, on mise beaucoup sur les retombées de ce tourisme scientifique.La fréquentation s’érode sur l’Aigoual, ça peut redonner un véritable coup de boost”, espère Thomas Vidal, le maire de la commune de Valleraugue, sur laquelle est bâti l’observatoire. En 2017, le musée a enregistré le passage de 60 000 visiteurs ; ils étaient plus de 100 000 il y a encore une dizaine d’années. Grâce au centre d’interprétation, avec 15 000 visiteurs de plus envisagés à court terme, la communauté de communes envisage des hausses significatives de recettes à la boutique, au restaurant ou grâce à de nouveaux produits (ateliers, stages, etc.).

Un projet unique en France

Ce projet unique en France peut redynamiser l’économie de tout le territoire, positive le président Martin Delord. L’observatoire était menacé de fermeture : avec son histoire très symbolique, dans un pays qui a déjà le sentiment d’être en régression, ça aurait été un symbole négatif et dangereux.” Le ciel semble s’être dégagé.

source : office de tourisme Mont Aigoual Causses Cévennes

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*